04 août 2015

Motorbike trip with an Enfield


To go with the flow...




Me voilà de retour à Leh, attendant l'arrivée de mon amie Marie-Pierre, qui me rejoint pendant ses vacances d'été. Je loue une chambre dans la guest house qui s'appelle Juley Juley, déjà fréquentée à plusieurs reprises, je l'apprécie car elle se trouve dans une ruelle calme. 

Marie arrive le matin, avec un vol depuis Delhi. Elle a donc survolé une partie des Himalayas et cela donne de belles vues depuis là-haut. On voit alors bien les éclats de verdures, résultats de la main de l'homme, entourant les villages éparpillés dans les vallées de ces montagnes imposantes. 

Here am l back to Leh, again, as my friend Marie-Pierre is arriving to spend her summer holidays. l rent a room in the guest house Juley Juley, where l already came a few times, as it is in a quiet lane. 

Marie arrives in the morning with a flight from Delhi. She overflowned part of the Himalayas and that gives very nice views from up there. You can then clearly see the splashes of green, results of man's hands work, surrounding the scattered villages, in these valleys of imposing mountains. 








Retrouvailles devant l'aéroport, Marie a l'air en forme malgré le voyage, le décalage horaire et l'altitude! Embrassades, puis nous montons dans le taxi avec lequel je suis arrivée pour rejoindre la guest house, tout en nous racontant. Cela fait quand même 22 mois que nous ne somme pas vues!

La charmante maisonnée où nous louons notre chambre est tenue par une famille ladakhi qui gère bien son histoire. Il y a un joli petit jardin fleuri devant, avec des chaises et parasols pour profiter de haltes bien méritées et aussi reprendre son souffle lorsque l'on est en phase d'acclimatation. C'est idéal. Et puis la chambre est superbe, spacieuse et lumineuse. Il y a ces petites tables et matelas au sol, recouverts de tapis à motifs bouddhistes pour s'y sentir confortables. Il y a également une petite terrasse où il fera bon se poser, à l'ombre d'un grand saule. Car les après-midi sont chaudes, le soleil assome tout le paysage et les esprits. L'air est sec, la poussière vole avec le vent que l'on entend, à faire bruisser les feuilles. 

We meet at the airport, Marie looks fine even thoug the trip, jetlag and altitude! Cheerings and off we go with the taxi l came with, to reach the guest house, while talking. lt has been 22 months we didn't see each other!

The charming guest house is held by a ladakhi family. There is a nice, flowery garden in the front, and chairs and umbrellas in the garden to enjoy some rest and get your breathe back while acclimatazing. lt is ideal. And the room is very nice, spacious and luminous. There are those little tables and matrasses on the floor, covered with buddhist designed carpets, to make you feel comfy. There is as well a little terrace, again where it is going to be nice to sit under the pillow tree's shade. The afternoons are hot, the sun beats hard on every scenery and spirit. The air is dry, the dust if flying with the wind that you hear, brushing the leaves. 








Commme souvent, les choses s'arrangent d'elles-mêmes, alors que je fais la connaissance d'un greco-macédonio-hongrois, Jannisz. Il est venu avec sa propre moto depuis l'Europe. Durant son périple, il a rencontré d'autres comparses, Felipe, un italien et Syauqi un indonésien d'Irian Jaya. Chacun voyage avec sa propre moto et ils prévoient une virée sur la vieille route qui reliait au Cachemire, autrement dit, la route que j'avais prise la toute première fois que j'étais venue au Laddakh, quinze ans plus tôt. 

Il nous faut faire un permis, ce qui a l'air de grandement arranger mon ami. Je ne comprendrais pas directement (j'y reviendrais dans quelques chapitres) maisi il lui manquait un nom sur un permis qu'il a déjà. Et il n'est pas possible de demander un autre permis s'il y a un déjà un qui court... Bref,  Nous venons donc combler ce vide et dans les jours qui suivent, le temps de louer une moto, l'équiper de jerricanes de secours, au cas où, ainsi que de quelques vivres, et nous partons à l'aventure!

Like often, things are getting solved by themselves, while l meet that greco-macedonian-hunagish guy, Jannisz. He came with his own motorbike from Europe. During his trip, he met other guys, Felipe from ltaly and Syauqi, an lndonesian guy from Irian Jaya! They plan a trip on the old road leading to Cahemire, in other words, the road l took 15 years earlier during my very first trip to laddakh.

We need a permit to go to that removed valley, as that seems to really arrange my friend. l will not understand straight away why (i will get back to it in a few chapters...), but he needed a name in the permit he already has as it is not possible to ask for a new permit in you already have one running... Anyways, we come and fill up that hole and that allows him to not be stuck in Leh anymore. The following days, we rent a motorbike, the fuel tank, in case, and some food, before leaving for a new adventure!








Nous quittons l'agitation de Leh, en effet, la cité explose durant la saison, c'est un bouchon au centre-ville, des vans, motos, camions, jeeps et autres rickshwas qui serpentent dans les pas si nombreuses routes de cette petite agglomération. Ca klaxonne, accélère, freine brusquement, klaxonne encore, nous prenons le large. Très vite, la route s'éclaircit, alors que le ciel lui se charge de nuages. J'ai parlé de la chaleur et du temps sec mais il se passe néanmoins un drôle de phénomène depuis quelques jours, avec  des pluies torrentielles, extrêmement rares dans la région, d'autant plus à cette saison. Les rivières se mettent à déborder, des ponts ont été arrachés et de nombreux dévalements sont enregristrés et continueront de l'être tout au lond de notre séjour. 

Pour l'heure, la route est belle, trace de belles lignes droites entre ces paysages sublimes qui nous entourent. Heureusement, il y a peu de trafic, ce qui nous laisse le temps de profiter du tout. Enfin surtout moi car Marie reste bien concentrée alors que commence cette prise en main. 

We leave the agitation of Leh, as indeed, the city is explosing during season time, with a trafic jam in the centre of the place, vans, motorbikes, trucks, jeeps and other rickshaws who all try to find their way in the not that many streets of this town. Very quickly though, the road clears up, while the sky gets cloudier. l spoke about the heat earlier but there is something weird happening though the last few days, with torrential rains, extremely rare phenomenon in the area, even more during this time . The rivers are overflooding, bridges are taken away and a lot of landslides are registered and will still be during our stay.








Notre petit convoi fait des pauses régulières pour s'attendre, s'hydrater ou simplement se détendre les jambes, car le côté bucolique des amoureux du deux- roues omet souvent de parler des courbatures, douleurs quasi insurmontables qui suivent des journées sur une moto. Les vibrations de la bête, alors certes on aime son bruit à cette bête, ce rugissement typique des Enfield, mais alors ça a un prix et ce sont les hanches et genoux qui paient, calés à angles droits pendant des heures, avec bien peu de marge de manoeuvre, sans parler des muscles qui ont du se crisper ici et là... 

Le casque, comme tout le reste du corps vibre avec la moto, parfois des insectes se jettent dans l'humidité des yeux, j'ai parlé des crampes, et pourtant, on a l'impression de ne faire qu'un avec cette route, d'être pleinement éveillé pour absorber toutes ces courbes et lignes droites. Et toujours ces montagnes qui nous entourent, offrant des vues spectaculaires, on a l'impression de vivre à 200 à l'heure.

Our little convoy makes breaks here and there to wait for each other, drink or simply relax the legs as the bucolic side of the motorbikes lovers often omit to mention about the cruciating pain in the body, that a motorbike trip creates. The vibrations of the beast, even though that is why you want the Enfield, for that typical roar, but that has a price and the hips and knees are paying it, angled as they are during hours, with little space to move, and that is without mentionning the tensed muscles here and there...

The helmet, like the rest of the body vibrates with the bike, sometimes insects throw themselves in the humid eyes, l spoke already about the cramps, nevertheless, we have the impression to be one with that road, to be fully awake to asborb all those curves and straight lines. And always those mountains surrounding us, offering outstanding views, we have the impression to live.














Nous longeons d'abord l'Indus qui est large et coule avec une force tranquille mais sûre. Nous voyons des rivières à l'eau claire ou des torrents déchainés brunâtres. Il y a des troupeaux alignés sur des chemins improbables, de belles routes fraichement goudronnées au milieu de cet erg sous un ciel bleu électrique. Les décors se succèdent et ne se ressemblent pas. 

At first, we ride along the Indus, which is very large and runs with a quiet but sure strenght. We see rivers with clear water and brownish whirlwind torrents, some cattles aligned on improbables paths, feshly paved roads in the middle of a rocky dessert, under an electric blue sky. The sceneries are changing one after the other but don't look the same.






Le ciel se met à se déchainer, il est gris et bas, menace avec des vents violents qui font plier les peupliers. 

The sky gets crazy, it is grey and low, threatens with wild winds, which are bending the poplars. 






Nimmoo, Basgo, Saspul, Lardo, les noms des quelques villages s'égrennent alors que nous avalons les heures de route.

Nimmo, Basgo, Saspul, Lardo, the names of the few villages along the way, while we swallow hours on the road.





Puis nous rencontrons la première rivière qui faudra croiser, avec un pont de fortune installé là car l'ancien a cédé. C'est un spectacle désolant et impressionnant aussi, cet éboulis. ll nous rappelle à notre petitesse alors que Marie et nos nouveaux amis passent avec succès sur cette route mouillée, caillouteuse, ensablée... J'ai perso un peu de peur au ventre, une chute dans ces coins paumés serait très malvenue. Mais chacun maîtrise son engin et nous passons les obstacles sans problèmes.
La seule chute qui nous est arrivée reste encore à ce jour inexpliquée... Nous prenions un virage sur une route caillouteuse et mouillée, allions très, très lentement, quasi à l'arrêt pour tout dire, quand doucement mais sûrement, on s'est mises à tomber sur le côté... On a pas glissé, on s'est juste laissées tomber?! Tout cela en face d'une grosse machine jaune qui répare les routes et nos amis qui n'ont rien compris, ni nous d'ailleurs. Enfin, ça nous a permis de bien rigoler et ça m'a personnellement rappelé une autre chute, toujours avec Marie, à boguet quand on avait 16 ans...

Then we meet the first river we will have to cross, with a new bridge installed as the old one went. It is a desolating view and impressive one as well, that landslide. It reminds us our smallness while Marie and our new friends cross with success on that wet, rocky and sandy road. l have a bit of fear, imagining falling down in these lost corners of the himalayas would be a really bad thing. But everyone drives well and we go through obstacles without any troubles. 
The only fall which happened still is unexplicable today... We were taking a curve on a rocky and wet road, we were going very very slowly, almost stopped actually, when slowly but surely, we started to fall on the side... We didin't slide, we just left ourselves fall?! All that in front of a big yellow machine which repares roads and our friends who didn't get it, nor did we. Well that was the occasion for a good laugh which reminded me another fall  we had together, on a tiny bike when we were teenagers...








Nous roulons longtemps avant de trouver notre gîte pour la nuit. Il fera nuit pour tout vous dire lorsque nous arriverons enfin, exténués et affamés, après avoir cherché plusieurs fois notre route. Il a fallu passer un pont dans un sens, puis dans l'autre, prendre cette petite route que nous avions ratée au premier passage, puis gravir une pente  qui tournoyait, dans cette nuit noire. Seuls les rocs éclairés par le faisceau de notre phare nous donne une vague idée de notre environnement. Il n'y a que nous, la roche et ce phare,  avec parfois, des rugissements des autres motos, et le rayon de leurs lumière se répercutant plus haut sur la route, nous indiquant que nous ne sommes pas seules. Nous arrivons finalement dans un campement, perché sur un plateau à flanc de montagne. Nous prenons place dans des tentes assez grandes, pour deux, et équipées de 2 lits. Ca fera parfaitement l'affaire! Il s'agit maintenant de manger! 

We ride for a loooong time before we reach our place for the night. lt will be dark already when we finally arrived, exhausted and starving, after looking many times for the right road. We drove over a bridge, took it back, took that small road that we missed the first time, climb up that curvy road, in that black night. Only the rocks enlightened by the light of the bike gives us an idea of our surrounding. There is just us, the rocks and that light, with sometimes, the roars of the other bikes, and the ray of their lights against the mountain higher up on the road, indicating that we are not alone. We finally arrive at the camp, perched on a pleateau, by the mountain. We take place in a quite big tent, for 2, equipped with two beds. That will be perfect. Now it is time to eat!






Nous  découvrons le hameau le lendemain, avec la lumière du jour. Il y a les parois brûnatres des montagnes accolées au plateau, puis quelques maisons autour du camping-lodge et encore des champs. Pour l'arrosage, le sol est inondé, la multi-culture se côtoie et est inspectée méticuleusement par ses paysans. Il faut dire qu'ici la saison dure quatre mois. Et tout doit se faire à ce moment-là. Les récoltes permettront à la famille de survivre ainsi tout l'hiver. La vie est dure mais le rythme y a pourtant quelque chose de doucereux, naturel.
Notre équipée est bien reposée et l'humeur est bonne enfant, prête à repartir.

We discover the place the following day, with the sunlight. There are brownish mountain walls stanging by the side of the plateau, some houses around that camping lodge and fields as well. To water them, the soil is flooded, its multi-cultural and the farmers are inspecting them carefully. Well, one has to say that the season is only 4 months here, and everything has to happen then. The harvests will allow the family to survive during the winter time. Life is hard but the ryhthm has somehow something soft, natural.
Our team is well rested, the atmosphere is good and we are ready to go.















Courbaturés, nous reprenons la route pour aller visiter le village reculé de Dah. Nous allons repasser par le pont empruntés de nuit la vieille, après Khalsi, puis naviguer entres des parois qui se resserrent de plus en plus. L'lndus nous guide dans cette vallée, nous passons Damkhar, Skurbuchan, Dargoo, Achinathang et arrivons enfin à Dah.

En chemin, nous sommes arrêtés par des travaux sur la route. Ils sont en train de la refaire et alors ça pue le goudron frais. Il est en train de fumer sous la grosse machine qui le compresse. Nous patientions. Cela indique que ces villages changeront à jamais maintenant qu'une belle route les relie. 

Cramped, we take the road back to go and visit the remoted village of Dah. We take the bridge from yesterday night, after Khalsi, then navigate between narrower walls. The Indus guides us in that valley, where we pass Damkhar, Skurbuchan, Dargoo, Achinathang before finally arriving at Dah. 

On our way, we have to stop as there is work under process on the road. They are redoing the floor and it stinks of fresh goudron. lt is smelling under the big engine compressing it. We wait... It indicates that these villages are going to change for ever now that a new nice road is connecting them.







Enfin nous arrivons au petit village de Dah, où là aussi, le temps semble s'être arrêté et nous plonge au Moyen âge. Les champs sont travaillés comme à l'époque, on peut ainsi voir des villageois accroupis, la faucille à la main, en train de raser l'herbe. Les maisons sont des constructions en pierre, beaucoup d'entre elles sont en ruines et ressemblent à des repères à bandits tout droit sortis du "Seigneur des anneaux". Oui, ça a un côté magique de pouvoir évoluer dans des décors pareils. Et alors quand les femmes sortent de leur masure pour aller vaquer à leur occupation, l'impression d'être dans un autre monde s'accentue encore. Elles ont les cheveux  longs, tressés, et décorés de fleurs, de rubans, de tissus colorés. Elles s
ont magnifiques. 

Finally we get to the village of Dah, where here too, time seems to have stopped and dip us into Middle age. The fields are worked like in the old days, one can see villagers, squatting, the faucille in the hand, shaving the herbs. The houses are stones built, a lot of them are in ruins now and look like a bandit's spot, directly coming out of "The Lord of the rings". Yes it has a magical side to be able to evolve in such places. And when the women are coming out to get busy, the impression to be in another world gets stronger. They have long, platted hair, decorated with flowers, rubbons and colorful fabrics. They are magnificient. 





























  Nous trainons un petit peu dans le village, avons du essayer de manger ici, puis nous reprenons la route du retour, dormons je ne sais plus où, les crampes aux jambes restent terribles!

Le traffic s'accentue lorsque nous rejoignons l'axe couru  reliant à Leh. Il nous faudra quelques jours pour récupérer physiquement, mais avec plein de belles images dans la tête!!!

We hang out a bit in the villag, must have tried to eat something there, then hit the road back, can't remember where we slept, the cramps in  the legs are still terrible!

The trafic gets intensified when we get back to the axis leading to Leh. We will need a few more days to recover physically ,but with a head full of great images!











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Motorbike trip with an Enfield

To go with the flow... Me voilà de retour à Leh, attendant l'arrivée de mon amie Marie-Pierre, qui me rejoint pendant ses vacances d'...

Les articles les plus lus!